Grande surprise

Grande surprise

Grande surprise

Je ne peux pas m’abstenir à ne vous parler de l'expérience que j’ai eue avec une fille superbe, nommé Antonella, une escorte que j’ai eu le grand plaisir de rencontrer (et, plus tard, revisiter), quand mes poches avaient un peu d'argent en eux et pas de poussière comme maintenant. Non, la poussière n’est pas le résultat de mes visites chez Antonella, si cela est ce que vous pensez...

Permettez-moi de vous dire comment je l'ai rencontrée.

Un de mes anciens copains m’appelle un soir pour sortir boire une bière et pour remémorer les souvenirs de notre jeunesse. Je décide sortir avec ce “diable” et nous allons aux cafés situés dans la zone Decebal et, comme nous parlions, il me dit qu'il connaît une superbe chevrette qui te donne envie de te masturber immédiatement comme tu la vois, mais qu’elle est assez chère. “Combien?”, je lui demande. Il me dit: “100 euros”. Je lui réponds: “Regarde, à cette somme, elle doit être star du porno!” Il me répond: “Oui, elle est très porno!” J’ai commencé à saliver seulement à l'idée que... et je lui ai dit de lui téléphoner pour me programmer. Parce qu’il la connaissait déjà. Je lui ai averti que, si je dépense l'argent en vain, je lui verserai la bière dans la tête. Il l’appelle. Cette nuit-là, ce n’était pas possible, mais elle m’a programmé pour le lendemain.

Comme nous avons bu jusqu’au matin, j’ai tiré la langue de mon collègue, pour qu’il me dise plus sur la femme en question (il m’était difficile de jeter 100 euros par la fenêtre). Comme il était déjà ivre, il commence à me conter tout. J’avais les yeux comme des soucoupes... il dit qu’elle était sa Maîtresse et qu’il ne lui fait rien, parce qu’il n’est pas autorisé. Il me raconte comment elle le domine, comment elle le baise avec le strapon par arrière etc. Je le regarde comme un fou et je ne peux pas croire ce qu’il me dit. Je lui dis: “Mais tu lui donnes beaucoup d’argent sans la baiser?!” Il me dit: “Oui, je ne suis pas autorisé, parce qu’elle est ma Maîtresse.” Je lui dis: “Demain je vais baiser cette Maîtresse!”

Je vais à la maison le matin, je dors quelques heures et, quand je me réveille, j’appelle “l’esclave”. Il me donne le numéro de téléphone de la femme et me dit qu’il a déjà parlé avec elle. Je devais l’appeler pour me guider vers l’endroit établi, si je ne savais pas la zone. Avec les 100 euros dans ma poche, je me dirige vers elle.

Enfin, j’arrive et, lorsque j’entre, qu’est-ce que vous pensez que vois là? Une très belle jeune femme... mais vraiment belle (ce diable avait raison!). Brune, avec les cheveux longs et bouclés, de grands yeux bleus, un maquillage superbe, avec des gros seins, siliconés, qui semblaient être sur le point de sortir du combinaison en cuir, moulé, qu’elle portait et avec un fouet à la main. Une fois entré, elle ferme rapidement la porte derrière moi et me poussant du hall dans la chambre, puis elle me frappe avec le fouet sur le dos et une petite partie de mes fesses.

Je sursaute et je suis sur le point de démolir ses lustres et je crie “Mais tu es folle? Qu’est-ce qui te passe? Tu es de mauvaise humeur? Tu peux te mettre ce fouet dans le cul!”

Elle me regarde avec de grands yeux et une certaine confusion et se met à rire.

Instantanément, je me souviens de l'histoire de mon ami, d’accord à laquelle la jeune femme était la Maîtresse. Je lui dis: “Je suppose que mon ami t’as dit que je veux le service normal?!”

La jeune femme s’assoit sur le lit. Elle commence à me dire que mon fou ami lui avait dit que j’étais un esclave et qu'il parlait à ma place, parce que j’étais timide. Ainsi qu’elle avait préparé en détail comment me dominer. Elle me montre quelques strapons plus grands que mon propre pénis avec lesquels elle voulait me baiser (dans le cul). Je la regarde perplexe et, instinctivement, j’ai l’intention de mettre ma main au dos, pour m’assurer que rien ne me prend par surprise...

Dans ma tête, je me faisais déjà une liste interminable de jurons pour adresser à mon copain. Qui est tellement fou pour payer pour être battu?! !! Je lui explique que j’aime la “foufoune” et que je veux des services normaux.

Elle s’excuse et nous commençons à rire comme des fous. Elle m’offre un verre, nous conversons un peu, puis elle me demande de me coucher sur mon ventre pour un massage.

Je vous jure, j’étais stressé et je tendais mon dos, parce que j’avais peur de ne pas me réveiller avec quelque chose coincé dans mon point sensible. Je donnais une attention particulière à l'endroit où elle avait mis tous ces pénis en plastique, de peur qu’elle puisse me faire quelque chose de mal.

Finalement, je me suis détendu et puis nous sommes passés à l'action. La chose entière, très bien faite. Je ne donne pas plus de détails ici car il est inutile, mais Antonella est une super-experte. Elle a des mouvements et des regards d’actrice porno pendant l'action, mais aussi quelque chose particulière... très spéciale et chaleureuse. Elle n'a pas été précipitée du tout. J’ai dépassé le temps établi et cela a vraiment valu la peine. Ce qui explique pourquoi je suis revenu chez elle à plusieurs reprises après cette première réunion. Elle est le genre de fille dont beaucoup d’hommes rêvent s’ils la voient, par hasard, dans la rue.

En ce qui concerne mon ami, je suppose que vous vous imaginez ce que je lui ai fait lors de notre prochain rendez-vous.