5 différences entre les hommes et les femmes

5 différences entre les hommes et les femmes

5 différences entre les hommes et les femmes

Quoi fait la différence entre les représentantes du sexe “faible” et les hommes, en dehors du manque de l’organe-miracle, le fait que les femmes sont dotées de seins et la passion de poudrer leur nez toutes les 5 minutes?

La réponse n’est pas simple et les différences abondent comme les hormones chez un adolescent vierge. Sinon, il n’y aurait plus tant de controverses entre les deux “côtés”, les hommes comprendraient pourquoi la résidence secondaire des dames et des demoiselles est la salle de bain, tandis que les femmes, à leur tour, comprendraient la nécessité ancestrale des hommes de s’organiser en de petits groupes et de passer au moins un quart de leur vie... en buvant de la bière.

Est-ce que les différences entre un il et une elle ont de l’importance dans les relations avec un/une escorte? Pour les personnes qui détestent être surprise, la réponse est oui. Même si les personnes qui travaillent dans l'industrie du sexe jouent un simple rôle, selon les exigences du client, cela ne signifie pas que leur nature intime soit complètement disparue.

Comment se manifestent les spécificités de chaque sexe dans le territoire de l'amour payé? Le plus souvent, de la manière suivante:

1.-Par la sensibilité exagérée. Peu importe à quel camp elles appartiennent (elles paient pour leur plaisir ou elles l’offrent au prix du marché), les femmes sont plus sujettes à des épisodes lacrymogènes que leurs “adversaires”, habitués à s'abstenir des habitudes “honteuses” (au moins en public, parce que, à la maison, seulement ils savent combien ils mouillent ou non leurs oreillers).

Bien si elles s’émerveillent devant la virilité, si ont une crise d'identité, si elles se brisent un ongle, regrettent qu'elles n'ont pas demandé plus d'argent, se rappellent des prêts bancaires, vivent le drame d’un amour impossible ou tout simplement sentent le besoin d’un peu de libération émotionnelle, les “sensibles” peuvent choisir des moments très peu inspirés pour externaliser leurs larmes. Au moins occasionnellement.

Contrairement aux Don Juans qui censurent beaucoup plus facilement leurs manifestations de vulnérabilité, car leurs glandes lacrymales sont légèrement plus grandes (fait scientifiquement prouvé), ils sont découragés, dès leur enfance, par la société à exprimer ouvertement leurs sentiments intérieurs et, généralement, ils évitent à être associés à l'image d'une entité fragile, prête à pleurer spasmodiquement à chaque stimulus pseudo-émotionnel.

2.-Par le langage verbal et non-verbal. Les femmes parlent beaucoup et gesticulent parlent presque autant, étant prêtes à prononcer (en moyenne) plus de 42.000 mots par jour. Une véritable horreur! Par contre, les hommes se contentent de moins de 10.000. Et, quand ils communiquent, ils le font seulement pour transmettre des faits précis et non pas des impressions, des sentiments ou des aberrations inutiles. Pour cette raison, la performance des dames a tendance à se subordonner au plaisir de vociférer sans cesse. Certaines d’elles aiment vraiment accompagner chacun de leurs gestes avec un correspondant verbal, afin d’expliquer leurs actions (comme si elles étaient en face d'un public non initié, désireux d'apprendre plus de détails). Ignorant les exceptions de rigueur, on pourrait dire que la féminité agit souvent non seulement bruyamment mais aussi verbeusement (pour ne pas dire de manière ennuyeuse).

Cependant, parfois, l'enthousiasme exagéré apporte la mort de la passion. Parce que les hommes préfèrent expérimenter la “sensualité” légèrement plus rapidement et de manière relativement calme. Ils aiment les interventions coquines, les répliques sales, les classiques cris qui confirment leur virilité, mais la patience d'écouter des histoires au sujet d'anciens clients ou petits amis, des commentaires sur la météo, le résumé du film préféré, les antécédents familiaux, les plans futurs ou toute autre information non pertinente dans une rencontre purement érotique, ne fait pas vraiment partie de leur liste de tolérabilités favorites. Cependant, par habitude, certaines amantes “occasionnelles” (achetées ou acheteuses) se laissent emporter, à l'immense désespoir de leurs partenaires masculins taciturnes, bavardant de manière totalement inappropriée dans ce contexte, de quoi que ce soit ou d qui que ce soit. Heureusement, pour de telles occasions, a été inventé le bâillon (dans le seul but de la diversité sexuelle, bien sûr...).

3.-Par la façon dont ils/elles se préparent pour le sexe. Si les femmes suivent un vrai rituel conçu pour les préparer pour l'épisode sexuel, les hommes se contentent simplement d'avoir une douche. Bien sûr, dans le cas des hommes-gigolo ou de ceux bien ancrées dans la contemporanéité, l'épilation est, à son tour, un détail obligatoire, avant de révéler leur organe-vedette au monde. Pourtant, les deux espèces montrent un comportement différent l’accouplement.

Elles ont besoin de temps, beaucoup de crèmes, des sous-vêtements sexy, du maquillage, y compris des talons hauts, de multiples et répétées confirmations devant le miroir et, finalement, mais sans moins d’importance, une grande quantité de... parfum.

Ils ont besoin d'une femme prête à avoir des relations sexuelles avec eux. Et, peut-être, un endroit convenable... mais pas nécessairement!

4.-Par leurs attentes. Bien sûr que tous les clients des services payés, indépendamment de leur âge et de leurs possibilités (à la fois physiques et financières) souhaitent recevoir satisfaction, ils veulent rentrer chez eux avec un sourire sur leur visage et de la joie dans l'âme. Egalement, toutes les escortes, quelle que soit leur dotation ou l'exubérance de leur participation, veulent recevoir leurs honoraires. Les motivations des idylles commerciales sont égoïstes, ce qui reflète le besoin principal des protagonistes. Cependant, dans ce cas aussi, il y a des différences entre les attentes des personnes concernées. Les hommes aspirent à être loués, publiquement applaudis et primés avec le trophée de la reconnaissance éternelle (oui, le pénis crée un énorme ego), tandis que les dames veulent être traités comme... des vraies dames (que, de toute façon, est une caractéristique spécifique d’elles, n’est-ce pas?), sans des regards allusifs ou des jugements de valeur (sur la morale, l'esthétique ou la performance).

5.-Par les réactions d’après. En fait, les réactions d’après diffèrent seulement dans le cas des amants de “longue course”, qui correspondent parfaitement aux clichés des films à budget réduit... quand elle se blottit contre la poitrine de l'homme et veut parler “de manière érudite” sur les problèmes les plus importants de l'humanité, alors qu'il est impatient de tourner à l’autre côté, pour dormir. C’est cela que lui demande instamment la prolactine libérée lors de l'acte physique.

Les “amants temporaires” n’ont pas de fantaisies de type postlude. Leur seul intérêt est de profiter de leurs orgasmes ou de l'argent reçu, pour ensuite revenir, le plus tôt possible, à leurs affaires personnelles (ce qui facilite la mission et le bien-être psychologique de tous). Ce n’est pas en vain que les amours chargés ont vraiment une simplicité “libératrice”, tandis que de nombreuses autres relations manquent complètement de cet aspect. Malheureusement...