L’herpès génital (virus Simplex)

L’herpès génital (virus Simplex)

L’herpès génital (virus Simplex)

L’affection causée par le virus « Simplex » se manifeste sous deux formes: herpès simplex de type I et herpès simplex de type II. Les deux sont contagieux. Comment autre?!? Celui de type I actionne principalement dans la cavité buccale et fait son apparition surtout pendant les épisodes de rhume ou de grippe avec fièvre, et celui de type II se manifeste dans la zone génitale, étant transmissible par contact sexuel non protégé. Contrairement à l’herpès de type I qui est actif et qui peut nuire occasionnellement la zone génitale (pendant les épisodes de sexe oral), celui de type II est contagieux indépendamment du type de sexe pratiqué.

C’est une maladie extrêmement présente, surtout chez les adolescents.

Les symptômes peuvent être complètement absents et s’ils apparaissent, ils sont ressentis seulement au début, sous la forme des brûlures pendant l’urination, des maux de tête, de la fièvre, des douleurs des muscles ou un volume élevé des ganglions. La lésion fait son apparition et évolue premièrement par l’inflammation de la peau dans le lieu où l’herpès va apparaître (dans la région intime ou autour de celle-ci), et ensuite, le périmètre devient chaud, générant douleurs et démangeaisons. La vésicule provoquée va se fissurer finalement et va produire une croûte qui disparaît après la guérison. Seulement la première apparition s’étend sur une période plus longue (plusieurs semaines). Les étapes suivantes sont plus brèves et moins désagréables.

Malheureusement, l’herpès est incurable. Une fois acquis, le virus reste dans l’organisme « suspendu » dans le système nerveux, faisant sentir sa présence seulement quand il bénéficie des facteurs favorisants qui peuvent le réactiver.

Les blessures surviennent périodiquement, en fonction de l’individu, la moyenne étant autour de quelques (3-4) apparitions par an, lorsque le système immunitaire n’est pas assez fort. Sinon, les épisodes actifs sont plus rares, avec de courtes périodes de guérison et de faibles intensités de la douleur. Il peut donner l’impression de guérison, et ensuite, pendant une maladie, un régime alimentaire, pendant la menstruation ou une chirurgie particulière, mais surtout quand le stress se manifeste intensément, il peut réapparaitre.

Contrairement à l’herpès spécifique à la région buccale, qui peut être immédiatement identifié, l’herpès génital nécessite une enquête médicale de spécialité, étant assez difficile de diagnostiquer. Un examen afin de découvrir les éventuelles lésions internes peut donner des résultats seulement si le virus est actif, par l’échantillonnage local. Dans la période latente, si les résultats ne sont pas tout à fait précis, on peut faire des analyses du sang.

Parce qu’au moins pour le moment il n’y a pas un remède pour cette maladie, les docteurs résument leurs recommandations à un simple médicament antiviral sous la forme de comprimés ou d’onguents, qui sont efficaces seulement pour diminuer le déconfort et l’accélération de guérir les lésions. Dans le cas des patients à de nombreuses récidives, on peut administrer des produits pharmaceutiques (seulement au conseil du médecin), pour des périodes de temps plus longues, visant à réduire la fréquence des réactivations.

Pour réduire considérablement le risque de contamination par le virus de l’herpès génital, il est très nécessaire de pratiquer le sexe protégé. Les seules solutions efficaces dans ce sens sont: le préservatif et la réduction du nombre des partenaires sexuels. Pour les personnes qui souffrent de cette affection, il y a la possibilité de suivre des traitements qui réduisent le risque (sans l’éliminer complètement) de transmettre l’infection.