L’ANNEXITE

L’ANNEXITE

L’ANNEXITE

L’annexite est une maladie inflammatoire qui affecte en général les trompes et les ovaires, mais elle peut nuire aussi l’utérus. Lorsque l’inflammation affecte l’utérus, l’affection porte l’appellation de métro-annexite. L’annexite est parmi les maladies les plus courantes des organes génitaux féminins.

L’infertilité et la grossesse extra-utérine sont deux complications de l’annexite non traitée.

L’annexite n’est pas contagieuse, mais l’infection qui cause son apparition, oui. Par conséquent, il est indiqué que le partenaire sexuel de la personne infectée subisse un contrôle médical, et si nécessaire, il doit suivre le traitement prescrit par le médecin, en respectant aussi les règles d’hygiène personnelle et les mesures de protection lors des rapports sexuels.

 

Causes. Les annexites peuvent être aiguës ou chroniques. Dans les deux cas, l’inflammation est provoquée le plus souvent par des infections bactériennes, mais aussi par les infections virales, fongiques, parasitaires. Par exemple, l’infection à la bactérie Chlamydia est souvent associée aux annexites et c’est l’une des plus dangereuses infections, portant la cause de la grossesse ectopique (la grossesse extra-utérine) ou l’infertilité.

Il y a un mythe bien connu conformément auquel les annexites sont provoquées par le froid, mais les statistiques médicales montrent que la température basse est seulement un facteur favorisant, qui éventuellement, se superpose sur une pathologie déjà existante, cela n’étant pas une cause directe de l’inflammation.

Parmi les bactéries les plus fréquemment associées à la production de la maladie inflammatoire pelvienne (la région du basin) on compte: la Neisseria Gonorrhoeae, la Chlamydia trachomatis, la Mycoplasme, les Staphylocoques (bactérie sphérique dont les individus se regroupent en grappes, produisant des processus purulents - abcès - ou généralisés - septicémies) et Streptocoques (bactérie sphérique ou ovale, qui se trouve dans des groupes disposés comme des chaînes, agent pathogène de certaines infections graves).

Facteurs de risque de l’annexite sont: les interventions réalisées au niveau de l’utérus, le contact sexuel sans protection ou pendant la menstruation, mais aussi l’existence de plusieurs partenaires sexuels.

 

Symptômes. Les femmes qui souffrent d’annexite ressentent:
-des douleurs au niveau de l’abdomen inférieur sur un seul côté ou bilatéralement (la douleur peut être sourde ou intense);
-des douleurs de la région lombaire (la lombalgie);
-des secrétions vaginales abondantes ou inhabituelles;
-des rapports sexuels douloureux;
-des troubles menstruels, manifestés notamment par des hémorragies abondantes et étendues;
-de grandes douleurs pendant la menstruation;
-de la fièvre;
-des nausées et des vomissements;
-des maux de tête;
-le besoin d’uriner fréquemment;
-le malaise.

 

Diagnostique. Le diagnostic de l’annexite est établi par le médecin, à la suite d’un examen gynécologique usuel, accompagné par des analyses spécifiques (l’examen de la sécrétion vaginale, des écographies trans-vaginales, des échantillons du col de l’utérus, mais aussi éventuellement des investigations nécessaires, décidées par le personnel médical spécialisé).

 

Traitement. Le traitement de l’annexite aiguë est défini en fonction de la cause et il consiste en particulier en l’administration des antibiotiques (sous direction et surveillance médicale), la thérapie de vitamines, éventuellement des anti-inflammatoires ne-stéroïdiennes et repos.

Le traitement de l’annexite chronique est un peu plus difficile et en général cela prend du temps.