Qu’est-ce que les femmes doivent éviter dans leur relation avec une escorte?

Qu’est-ce que les femmes doivent éviter dans leur relation avec une escorte?

Qu’est-ce que les femmes doivent éviter dans leur relation avec une escorte?

Travailler avec les gens n’est pas facile. Ceux qui sont impliqués dans la pratique de la profession la plus ancienne dans le monde peuvent honnêtement le confirmer. Parce que, comme tous les autres professionnels qui travaillent dans les “ventes”, les “agents érotiques” sont confrontés à une clientèle diversifiée, capricieuse, parfois même sans merci.

La pratique leur enseigne, cependant, comment résoudre les problèmes avec professionnalisme et sans se laisser influencés par l'impulsion du moment.

En parallèle avec un comportement bienveillant affiché dans presque toutes les circonstances, les escortes (quoiqu’on parle de femmes, hommes ou transgenres) ont encore des réserves importantes (parfois une véritable intolérance) vis-à-vis de certains types féminins. Bien que l'expérience immunise partiellement contre les effets causés par le contact avec des “spécimens étranges”, il y a des cas où les “réunions” sont trop insupportables et difficilement contrôlables.

Parmi les manifestations ennuyeuses spécifiques aux dames qui achètent des services sexuels (paradoxalement, cette information est utile, avec une prédilection, aux clientes), il convient de mentionner les suivantes:

1.-Les critiques. Les représentantes du “beau sexe” se distinguent par leur aspiration à la perfection. Dans leur vision, tout doit être soumis à l'amélioration, y compris les relations intimes.

Entre quatre murs, les expertes en critique se comportent comme si elles ont la mission de révolutionner les services érotiques. En fait, elles sont seulement une tuile... sinistre!

Elles détectent solennellement les erreurs, font des commentaires toutes les 5 minutes et ne pardonnent rien. Si on coupe leur élan d'une manière civilisée, elles marmonnent, les dents serrées, irrités et fidèles à leur même conclusion incontestable: “Quelque chose ne va pas, l'implication est pauvre, les sous-vêtements semblent démodés, le parfum est un peu trop fort, les mouvements sont un peu paresseux et, de toute façon, tout pourrait être... différent!”

Inutile de dire pourquoi, dans de telles circonstances, la performance de “personnes visées” perd sa qualité. Qui peut continuer tranquillement ce qu'elle faisait (réchauffer l'atmosphère, par exemple), si elle est bombardée d'innombrables accusations qui défie ses qualités et son rendement?

2.-Le langage codé. Le discours codé est le domaine exclusif des femmes dans tout le monde. Comme si toutes ont été des espions dans une vie antérieure, et les réminiscences se manifestent encore.

Les expressions chiffrées trouvent leur place même dans le vocabulaire des amateurs d’érotisme et aventures. Ces expressions apparaissent, par exemple, dans des phrases comme: “Il n'y avait rien de mal. Peut-être vous avez eu une mauvaise journée.” Dans la traduction, cela signifie: “Vous auriez dû avoir plus de patience!” ou “Oui, j'ai aimé l'improvisation, mais nous ne le répéteront pas trop tôt!”, et cela, en réalité, doit être interprété comme: “Il a été horrible et cela m’a irrité l’estomac!”

Les répliques utilisées (par une fausse diplomatie, la peur de “confrontation”, simple habitude ou “grâce” au plaisir de matérialiser leurs pensées dans un jeu emmêlé de mots), confondent tout le monde, ce qui rend souvent la conversation impossible.

3.-La jalousie. Entre la jalousie et la relation avec les personnes qui travaillent dans la “branche” de l'érotisme commercial aucun lien ne devrait exister. Et pourtant, dans beaucoup de cas, on peut constater cette relation. Certaines femmes sont nées pour être jalouses. Peu importe que la personne vers laquelle elles dirigent, de manière méfiante, l’attention leur “appartient” seulement une heure ou, tout au plus, une nuit. Elles veulent seulement être “spéciales” (comme toujours) par rapport aux “autres” et deviennent, de cette façon, méfiantes, si le personnage loué régulièrement les ajourne, reporte ou rejette, en invoquant de divers prétextes. Bien sûr, à leur avis, ces personnages mentent, parce qu’ils veulent se rencontrer avec qui sait quelles anorexiques infatuées...

L’excès de zèle et les investigations lancées pour clarifier la vérité les transforment dans des présences très désagréables. Les questions comme “Avec combien de femmes es-tu sortie la semaine passée, dis-moi honnêtement” (?!), ne sont pas très agréable pour les oreilles des personnes incriminées. Ces obsessions ne correspondent pas à la situation en question.

4.-L'invasion de l'espace personnel. Dans la multitude des “demandeuses” de faveurs sexuelles payés, trouvent leur place, inévitablement, aussi les femmes intéressées à savoir TOUT: le passé, les passions, le nombre des femmes “contentes”, les études, les parents, les maladies, les dépressions, les regrets, les secrets, les plans futurs, l’affinité pour certains vêtements et certains prototypes physiques féminins, etc.

Comme des véritables “conquérantes”, dans leur enthousiasme (et curiosité), les intrusives recherchent un moyen de se relier émotionnellement, mais pas d'une manière normale et naturelle, comme cela devrait être, mais de façon totalement inappropriée (surtout) à la situation donnée. Sans se soucier du fait qu’elles envahissent l'espace personnel d'une personne, en violant leur droit à l’intimité. Et sans se rendre compte qu’elles entrent dans la catégorie: “Pas comme ça! Jamais! Sous aucun prétexte!”

5.-La dépendance. La dépendance d'une personne qui partage de l’amour payé se traduit en comportements et déclarations extrêmes comme: “Si nous ne nous voyons pas demain, je deviens folle. Je me fâche et je perds mon équilibre”. Le désir d'être régulièrement ensemble, les supplications insistantes dirigées dans la direction de rajuster le calendrier en fonction de leurs propres besoins et d'autres signes d'une faiblesse presque morbide, représentent un comportement tout à fait inapproprié à de telles situations.

Les femmes qui souffrent de ce syndrome ont le don d'irriter et agacer par des lamentations, la persévérance, le dépassement de toute limite (inhérentes à tous les êtres humains) et la suffocation, et elles doivent être totalement évitées. Parfois, elles sont même passible de recevoir aide spécialisée, mais cela est une autre histoire.

Comme la plupart des êtres sains d'esprit de l'Univers, les escortes aiment leur liberté. À la fois personnelle et professionnelle. Cela doit être très clair pour les personnes prédisposées à s’accrocher, plus de ce qui est normal et acceptable, à l'existence de certaines illusions éphémères.

* * *

Le sexe commercial devrait être pratiqué dans un cadre transparent, flexible et détendu, sans être confondu avec le chaos ou la mentalité selon laquelle “la cliente fait ce qu'elle veut parce qu’elle paie et, si elle le souhaite, elle peut également jouer avec les nerfs de l’escorte”. Personne n’est obligé de subir des traitements inappropriés, qui ne correspondent pas à leurs propres principes ou affinités. Le devoir des acteurs qui travaillent dans le domaine de l'éros se résume à l'amour et, éventuellement... aux conversations (plus ou moins sophistiquées) sur des thèmes communs. Donc, rien d'autre!